Chine-France

La Chinoise Hu Hailan reçoit le Prix 2022 L'Oréal-UNESCO pour les femmes et la science
Xinhua | Updated: 2022-06-25 18:36:00

La directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Audrey Azoulay (à gauche) et la neuroscientifique chinoise Hu Hailan (au centre) lors de la céréménie de remise du Prix 2022 L'Oréal-UNESCO pour les femmes et la science, qui a lieu au siège de l'UNESCO à Paris, en France, le 23 juin 2022.  

La Chinoise Hu Hailan et quatre autres lauréates ont reçu jeudi soir le Prix 2022 L'Oréal-UNESCO pour les femmes et la science, lors d'une cérémonie tenue au siège de l'UNESCO à Paris. 

Mme Hu, professeure et directrice exécutive du Centre de neuroscience de la faculté de médecine de l'Université du Zhejiang, dans l'est de la Chine, a remporté le prix "pour ses découvertes majeures en neurosciences en particulier ses travaux sur la dépression, qui ont ouvert la voie au développement de médicaments de nouvelle génération contre la dépression". 

S'exprimant lors d'une réception organisée à la délégation permanente de la Chine auprès de l'UNESCO le 21 juin, elle a remercié L'Oréal et l'UNESCO pour leurs efforts remarquables dans le soutien aux femmes scientifiques et à la promotion de l'égalité des sexes. "Ce prix incarne le principe de l'UNESCO et j'espère qu'il permettra à davantage de jeunes femmes d'apprendre et d'aimer la science et de devenir des femmes scientifiques", a fait savoir la scientifique chinoise. 

Des lauréates des éditions 2020, 2021 et 2022 posent pour une photo de groupe lors de la cérémonie de remise du Prix 2022 L'Oréal-UNESCO pour les femmes et la science, qui a lieu au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris, en France, le 23 juin 2022. (Xinhua/Gao Jing) 

Les quatres autres lauréates sont María Guzmán (Cuba) pour ses travaux pionniers permettant de mieux comprendre et soigner la dengue ou "grippe tropicale", Katalin Karikó (Etats-Unis) dont les travaux ont permis de franchir le pas décisif dans la mise en place des vaccins contre la COVID-19, Agnès Binagwaho (Rwanda) dont le travail a permis un meilleur accès aux services de lutte contre le VIH, le paludisme et la tuberculose, ainsi qu'Angela Nieto (Espagne) pour ses découvertes fondamentales sur la différenciation cellulaire au cours du développement embryonnaire. 

Lors de la cérémonie, la directrice générale de l'UNESCO Audrey Azoulay a déclaré que le monde a besoin de la science et la science a besoin des femmes. La science doit être plus et mieux ouverte aux femmes, dès leur éducation et aux moments critiques de leur carrière. 

"L'UNESCO travaille sur l'élimination des stéréotypes de genre dans le domaine des sciences, par des programmes éducatifs et de mentorat", a-t-elle dit. 

En raison de l'épidémie, l'UNESCO n'a pas organisé de cérémonie hors ligne au cours des deux dernières années. Elle a également invité à cette même occasion les dix lauréates du prix pour les années 2020 et 2021 à remettre leur prix. 

Chacune des lauréates se verra attribuer un prix de 100.000 euros. 

Depuis plus de 20 ans, l'UNESCO et la Fondation L'Oréal récompensent chaque année cinq chercheuses d'exception et oeuvrent pour un équilibre femmes-hommes dans la science.  

Numéro 11 janvier-mars 2022
APN&CCPPC 2022
La Chine agit pour protéger la biodiversité végétale
Chengdu et Montpellier fêtent 40 ans d'amitié
Le legs des JO d'été et d'hiver de Beijing
Liens