Culture

De 1978 à 2022: l'ascension de la Chine aux Jeux olympiques d'hiver
By WANG JING | Dialogue Chine-France | Updated: 2022-01-14 11:30:00

Par un jour de mi-octobre 1978, la jeune patineuse de vitesse Ye Qiaobo, âgée de 14 ans, et les membres juniors de l’équipe sportive du « 1er Août » de l’Armée populaire de Libération, étaient en route pour s’entraîner à Heihe, Nenjiang, Hailar et Qiqihar, des villes et des districts du Nord-Est. Ils n’imaginaient pas alors que la troisième session plénière du XIe Comité central du Parti communiste chinois, qui se tiendrait deux mois plus tard, amorcerait la réforme et l’ouverture, inaugurant une période d’opportunités et de développement pour les sports d’hiver en Chine. Ye Qiaobo ne le savait pas encore non plus, mais elle deviendrait, quatorze ans plus tard, la première médaillée chinoise de l’histoire aux Jeux olympiques d’hiver. 

Les premiers succès 

En février 1980, une délégation chinoise s’est rendue pour la première fois à l’étranger pour participer aux XIIIes Jeux olympiques d’hiver à Lake Placid aux États-Unis. À l’époque, bien que les sportifs chinois n’aient pas obtenu de bons résultats en raison de leur manque d’expérience ainsi que de vêtements et d’équipements médiocres, c’était la toute première fois que des représentants de la Chine nouvelle étaient présents sur la scène sportive internationale. 

Les duos Shen Xue/Zhao Hongbo et Pang Qing/Tong Jian déploient le drapeau chinois
pour célébrer leurs médailles d’or et d’argent aux XXIe JO d’hiver de Vancouver, le 15 février 2010.
 

Dans les années 1980, le patinage et le ski étaient des sports de niche en Chine. En 1988, lors des XVes JO d’hiver de Calgary au Canada, la durée des compétitions a été allongée pour la première fois à 16 jours. Cependant, comme la Chine ne s’est pas qualifiée en hockey sur glace, que son niveau en ski alpin, en saut à ski et en biathlon était faible, et que les compétitions de bobsleigh et de luge n’ont pas eu lieu, elle a envoyé une délégation de seulement 20 personnes pour participer à trois épreuves. Bien que l’athlète Li Yan ait remporté la médaille d’or au 1 000 m et la médaille de bronze au 500 m et au 1 500 m lors des épreuves de démonstration de patinage de vitesse sur piste courte féminin, la délégation chinoise n’a obtenu aucune médaille dans les compétitions officielles. 

Quatre ans plus tard, lors des XVIes JO d’hiver à Albertville en France, en 1992, 34 athlètes de la délégation chinoise ont participé à 34 épreuves, dont le ski, le patinage et le biathlon. Ye Qiaobo a terminé deuxième du 500 m de patinage de vitesse féminin en 40,51 s, remportant la médaille d’argent et écrivant ainsi une page de l’histoire chinoise aux Jeux olympiques d’hiver et dans les sports d’hiver. Se remémorant la compétition, Mme Ye a déclaré avec regret : « Je voulais tellement gagner, mais il y a eu une collision accidentelle dans la zone de croisement et j’ai ainsi raté la médaille d’or. J’étais à la fois heureuse et déçue ! » Par la suite, elle a conquis une autre médaille d’argent au 1 000 m, alors qu’elle était blessée. Cette même année, Li Yan, une autre célèbre patineuse de vitesse sur piste courte, s’est couverte d’argent au 500 m, tandis que Chen Lu a terminé sixième dans la compétition de patinage artistique, soit le meilleur résultat de la délégation chinoise dans ce sport. 

Ye Qiaobo célèbre sa médaille d’argent lors de la finale du 500 m
de patinage de vitesse féminin à Albertville, le 10 février 1992.
 

En 1994, les XVIIes JO d’hiver se sont déroulés à Lillehammer en Norvège. À l’âge de 17 ans, Chen Lu, qui avait fait ses débuts aux JO d’hiver précédents, a réalisé une série complète de mouvements de grande difficulté, dont 7 triples sauts, dans la compétition de patinage artistique individuel féminin, remportant la première médaille de bronze pour la délégation chinoise aux Jeux olympiques d’hiver et faisant enfin rayonner la beauté orientale sur la patinoire de cette discipline artistique, dominée par les Européens et les Américains depuis une centaine d’années. 

Aux XVIIIes JO d’hiver à Nagano au Japon, en 1998, le nombre de participants de la délégation chinoise a atteint un nouveau record. Un total de 60 athlètes a concouru dans 40 épreuves différentes, dont le patinage de vitesse sur piste courte, le patinage de vitesse, le hockey sur glace féminin, le patinage artistique, le ski acrobatique, le biathlon et le ski de fond. La Chine a obtenu 6 médailles d’argent et 2 médailles de bronze et s’est classée 16e au tableau des médailles. En décrochant l’argent dans l’épreuve de saut en ski acrobatique féminin, la jeune athlète Xu Nannan a marqué l’histoire en offrant à la Chine sa première médaille aux épreuves de neige des JO d’hiver. 

Sur le devant de la scène 

Plus de 20 ans après la réforme et l’ouverture, une période glorieuse a commencé pour les sports d’hiver chinois. Lors des JO d’hiver de 2002 à Salt Lake City aux États-Unis, Yang Yang a gagné l’épreuve du 500 m de patinage de vitesse sur piste courte femmes avec un temps de 44,187 s. C’était la première médaille d’or de la délégation chinoise dans l’histoire des Jeux olympiques d’hiver, concrétisant ainsi le rêve de plusieurs générations de patineurs chinois. 

Lors des JO d’hiver de 2006 à Turin (Italie), le nombre de participants de la Chine aux sports de neige a dépassé pour la première fois celui des sports de glace. L’équipe de saut en ski acrobatique s’est particulièrement illustrée. Han Xiaopeng a arraché une médaille d’or inattendue en saut acrobatique masculin, battant de nombreux concurrents européens et américains de premier plan. C’est ainsi qu’il est devenu le premier médaillé d’or asiatique en ski acrobatique, et le premier skieur chinois sur la plus haute marche du podium des JO d’hiver.  

L’équipe chinoise remporte la finale du relais féminin 3 000 m en patinage de vitesse
sur piste courte aux JO d’hiver de 2010 à Vancouver, le 24 février 2010. 

Aux JO d’hiver de 2010 à Vancouver (Canada), les patineuses de vitesse sur piste courte chinoises ont raflé les quatre médailles d’or des épreuves individuelles, réalisant ainsi un grand chelem. Parmi elles, Wang Meng a non seulement défendu avec succès son titre sur 500 m, mais a également décroché la médaille d’or au 1 000 m. De plus, avec ses coéquipières Zhou Yang, Sun Linlin et Zhang Hu, elle a remporté le relais féminin en 4’ 06’’ et a battu le record du monde. Avec six médailles, dont quatre en or, Wang Meng reste aujourd’hui encore l’athlète chinoise la plus titrée aux Jeux olympiques d’hiver. 

Entre-temps, l’équipe de patinage artistique a également obtenu des résultats sans précédent. Les patineurs Shen Xue et Zhao Hongbo, qui avaient annoncé leur retraite en 2 000 et s’étaient mariés, sont revenus afin de réaliser leur rêve de se parer d’or aux JO d’hiver. À Vancouver, pour ses quatrièmes olympiades, le couple a accompli une performance fascinante qui lui a valu une longue ovation. Avec un score total de 216,57 (dont 139,91 points en patinage libre), Shen Xue et Zhao Hongbo ont établi un nouveau record de l’Union internationale de patinage, devenant ainsi les champions incontestés. 

En 2014, aux JO d’hiver de Sotchi (Russie), Zhang Hong a elle aussi marqué l’histoire en remportant l’or au 1 000 m de patinage de vitesse. Quatre ans plus tard, aux JO d’hiver de 2018 à Pyeongchang (République de Corée), le patineur de vitesse sur piste courte Wu Dajing a ramené la seule médaille d’or de la délégation chinoise, malgré des conditions d’arbitrage très défavorables. 

En 2015, la Chine a été élue pays hôte pour accueillir les Jeux olympiques d’hiver à Beijing en 2022, ce qui a marqué le début d’une importante opportunité historique pour le développement des sports d’hiver du pays. Aujourd’hui, la Chine compte plus de 700 stations de ski, plus de 250 patinoires couvertes et plus de 15 millions de skieurs. « Le pays a commencé à accorder de l’importance aux sports de glace et de neige, le soutien à ces sports a progressivement augmenté, les athlètes participent plus souvent à des compétitions à l’étranger et leur niveau n’a cessé de s’améliorer », a déclaré Zhao Yinggang, ancien directeur du Centre des sports d’hiver de l’Administration nationale des Sports. 

À l’approche des Jeux olympiques d’hiver de Beijing, les sports de glace et de neige connaissent une croissance sans précédent en Chine. De plus en plus de personnes se rendent sur les patinoires et dans les stations de ski, et le pays est en train d’atteindre son objectif d’inciter 300 millions de personnes à chausser les skis ou les patins.  

WANG JING • journaliste à China Sports Daily 

Numéro 9 juillet-septembre 2021
La 4e Exposition internationale d'importation de Chine
La transition verte de la Chine attire des entreprises internationales
Un cinéma, une librairie
La beauté de la biodiversité chinoise
Liens