Monde

The Nature Conservancy : protégeons ensemble la biodiversité
By GE LE | Dialogue Chine-France | Updated: 2021-09-29 18:29:00

Le personne de TNC effectue une patrouille

Au cours de ces 50 dernières années, le nombre de vertébrés dans le monde a diminué de 68 %, un tiers des espèces d’eau douce et marines sont menacées d’extinction et d’innombrables invertébrés pourraient disparaître avant que nous ne réalisions toute leur importance pour l’écosystème.

Pour faire face au double défi de la crise de la biodiversité et de la crise climatique, l’humanité a besoin de formuler de nouvelles solutions, d’approfondir la coopération, d’adopter des stratégies pour protéger, gérer et restaurer la nature, et de faire advenir un avenir respectueux de la nature. En octobre de cette année, la 15e Conférence des Parties (COP15) à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique se tiendra à Kunming, ce qui devrait offrir des opportunités sans précédent.

La protection de la biodiversité en Chine

La Chine possède un vaste territoire, des ressources naturelles abondantes, des conditions géographiques et des facteurs climatiques composites, formant un type d’écosystème naturel à la fois complexe et diversifié, et affichant une biodiversité parmi les plus riches au monde. Le pays contient 10 % du nombre total de plantes supérieures de la planète, se classant au troisième rang mondial, avec les espèces végétales les plus abondantes de l’hémisphère nord.

La Chine attache une grande importance à la protection de la biodiversité. Elle a établi un système de réserves naturelles, avec notamment des sites pittoresques, des parcs forestiers, des parcs de zones humides, des zones de protection des ressources génétiques aquatiques et des zones marines de protection spéciale. Les parcs nationaux en sont le pilier et une série de grands projets écologiques ont été instaurés qui combinent la protection des ressources forestières naturelles, la reforestation et le verdissement des terres agricoles, la protection de la faune et de la flore sauvages.

La ligne rouge écologique coordonne en profondeur le maintien de la biodiversité, l’atténuation du changement climatique et la réalisation de l’utilisation durable des terres dans l’aménagement du territoire. L’innovation des solutions basées sur la nature (NbS) qui protègent efficacement l’intégrité et la connectivité des écosystèmes naturels peut fournir une expérience et une référence pour les pays du monde entier, en particulier les pays participants à « la Ceinture et la Route ».

La tendance générale à la dégradation de la biodiversité en Chine n’a cependant pas encore été fondamentalement enrayée. L’utilisation extensive des terres, le changement climatique, les problèmes environnementaux, la surexploitation et le développement des ressources naturelles, ainsi que les espèces envahissantes sont les causes les plus directes du déclin de la biodiversité. Nous avons besoin d’actions concrètes pour protéger la nature. Nous pouvons et devons produire plus de nourriture grâce à des pratiques agricoles régénératives visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à protéger les sols et la biodiversité ; nous devons non seulement arrêter la déforestation et la transformation des habitats, mais nous pouvons aussi mieux gérer les ressources forestières sur le terrain, et protéger le plus d’espèces possible tout en maintenant le développement durable de la foresterie ; dans les zones dégradées, il nous faut restaurer les forêts et les sites paysagers ; l’océan étant l’un des principaux réservoirs de la biodiversité mondiale, nous devons mieux gérer la pêche, promouvoir le développement d’une aquaculture respectueuse de l’environnement, réduire la pollution de l’environnement marin et renforcer la résilience de la zone côtière pour faire face aux catastrophes naturelles et au changement climatique, et maintenir ainsi le fonctionnement sain de la planète.

En coopération avec le gouvernement et certaines organisations, TNC a pris en charge un certain nombre de projets de conservation de la biodiversité en Chine, les plus représentatifs étant la protection du rhinopithèque brun du Yunnan et des sous-espèces du panda géant dans le Sichuan.

 

La protection du rhinopithèque brun du Yunnan

Le rhinopithèque brun du Yunnan (Rhinopithecus bieti) est un primate rare et en voie d’extinction unique en Chine. C’est un animal sauvage protégé sur le plan national de niveau I et un symbole de la biodiversité dans le nord-ouest du Yunnan et de la santé de l’écosystème dans le site du patrimoine mondial des Aires protégées des trois fleuves parallèles. Il s’agit prioritairement de protéger l’écosystème de la forêt vierge, qui profite à de nombreuses espèces animales et végétales rares et en danger. Dès 2003, TNC a lancé le projet de protection du rhinopithèque brun du Yunnan et de grandes avancées ont été réalisées, leur population passant de plus de 1 500 dans les années 1990 à plus de 3 000 aujourd’hui.

En juillet 2019, le réseau de protection du territoire des rhinopithèques bruns a été officiellement créé, sous l’égide du Bureau des forêts et des prairies du Yunnan, de la Fondation pour le développement de l’environnement du Yunnan et TNC. Coparrainé par 13 agences, dont le Bureau de gestion et de protection de la réserve des monts enneigés de Baima, il s’agit du premier de ce type dans la province. Il a instauré une plateforme de participation multipartite pour promouvoir un système de surveillance de la biodiversité à la fois normalisé et basé sur l’information, et introduire des sponsors comme Ant Forest (une application du prestataire Alipay). L’objectif est d’établir des zones protégées – les communautés étant l’élément principal – et d’effectuer la restauration des habitats et des corridors de manière ordonnée et avec une planification scientifique, de réaliser le projet pilote de communauté conviviale à l’égard des rhinopithèques bruns avec un développement sectoriel, et de créer la marque de protection « rhinopithèque brun 3000 + » pour sensibiliser le public et parvenir à une croissance saine de leur population et une amélioration de leur habitat.

Depuis sa création, son influence s’est étendue sur plus de 100 millions de personnes : le projet a attiré plus de 19 millions de fonds sociaux, permis de protéger 200 km2 de terres vacantes, de restaurer plus de 400 ha, et de séquestrer près de 400 000 tonnes de carbone. Les villageois tirent des revenus de la protection et de la restauration écologiques et du développement de secteurs respectueux de l’environnement. Le projet répond aux défis sociaux comme la dégradation de l’environnement et la perte de biodiversité, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, le développement socio-économique, et contribue à la protection et à la restauration des sites paysagers. L’établissement d’un mécanisme de participation multipartite fournit une expérience qui peut être utilisée comme référence, reflétant pleinement les multiples bénéfices écologiques, sociaux et économiques du travail de protection.

La protection du panda géant du Sichuan

Le 4e recensement national des pandas géants montre que la population sauvage en Chine continue d’augmenter, la qualité de leur habitat continue de s’améliorer et l’effet de conservation est remarquable. Cependant, en raison du changement climatique et des perturbations humaines, la fragmentation et la dégradation de l’habitat menacent leur diversité génétique ainsi que l’intégrité de leur pool génétique.

En 2017, le premier projet de démonstration de l’Accord-cadre sur la coopération en matière de conservation de la biodiversité (2017-2019) entre le Département des forêts de la province du Sichuan et TNC – le projet de construction conjointe de la réserve de panda géant Longxi-Hongkou – a été officiellement lancé avec la Réserve naturelle nationale de Longxi-Hongkou. Il vise à garantir la survie des pandas géants en restaurant leur habitat, en construisant de petits corridors et en creusant des orifices artificiels pour la parturition, ceux-ci permettant de régler le problème des conditions de reproduction sauvages insuffisantes. Dans le cadre de la surveillance continue de ces orifices de parturition dans la nature, le panda géant, le takin, le rhinopithèque et le chevrotain porte-musc nain – quatre animaux nationaux protégés de niveau 1 – sont concernés.

En se basant sur le renforcement des capacités de veille écologique locales et le développement de produits écologiques, la création de communautés tournées vers le panda en termes industriel, d’organisation, de capacités et de fierté sera encouragée, permettant d’explorer un nouveau modèle de cogestion communautaire dans les aires protégées.

*GE LE est chercheur auprès de The Nature Conservancy (TNC).

 

Numéro 9 juillet-septembre 2021
Le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois
La revitalisation rurale ouvre un nouvel horizon de développement
Retour à Yan'an
La beauté de la biodiversité chinoise
Liens