Monde

Le chef de l'ONU rencontre Poutine pour discuter de l'Ukraine
Xinhua | Updated: 2022-04-27 10:56:00

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) rencontre le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres au Kremlin, à Moscou, en Russie, le 26 avril 2022. (Photo du Kremlin) 

Le président russe Vladimir Poutine a reçu mardi au Kremlin le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, avec qui il a discuté de la situation en Ukraine.

M. Poutine a déclaré au chef de l'ONU que la question ukrainienne avait surgi à la suite du "coup d'Etat anticonstitutionnel" de 2014 à Kiev, et que les habitants du Donbass étaient restés soumis à un blocus et à des pressions militaires même après la conclusion des accords de Minsk relatifs à un règlement pacifique de la crise.

Selon M. Poutine, les "républiques" du Donbass ont le droit de déclarer leur souveraineté, et la Russie a le droit de reconnaître leur indépendance et de leur fournir une assistance militaire tout en restant en conformité avec la Charte des Nations Unies.

"Malgré l'opération militaire en cours, nous espérons toujours pouvoir parvenir à des accords par la voie diplomatique. Nous négocions et nous ne refusons aucun accord", a-t-il affirmé.

M. Guterres a proposé de créer un groupe de contact permettant à l'ONU, à la Russie et à l'Ukraine de discuter de la situation afin de mettre en place des couloirs humanitaires vraiment efficaces.

Pour résoudre la situation à Marioupol, en Ukraine, l'ONU est prête à mobiliser toutes ses capacités logistiques et ses ressources humaines, en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et les forces armées russes et ukrainiennes, a-t-il déclaré.

M. Guterres a également indiqué que l'ONU et le CICR étaient prêts à évaluer la situation dans l'usine d'Azovstal d'ici deux à trois jours afin d'en évacuer les civils.

M. Poutine a nié les allégations selon lesquelles les couloirs humanitaires russes ne fonctionnaient pas, et a souligné que 130.000 à 140.000 personnes avaient quitté Marioupol avec l'aide de la Russie, et étaient libres d'aller n'importe où.

Il a également offert aux représentants de l'ONU et du CICR de venir voir comment la Russie traitait les prisonniers de guerre ukrainiens.   

Numéro 11 janvier-mars 2022
APN&CCPPC 2022
La laque incrustée d'or redevient chic
Le combat d'une membre de la CCPPC pour les personnes âgées handicapées
Le legs des JO d'été et d'hiver de Beijing
Liens