Monde

Une invitation à « travailler ensemble pour faire face aux changements »
By ZHANG XUDONG | La Chine au présent | Updated: 2022-05-12 23:31:00

Le 21 avril 2022, la cérémonie d’ouverture de la conférence annuelle 2022 du Forum de Boao pour l’Asie s’est tenue à Boao (Hainan). 

Alors que la pandémie continue de se propager, que l’économie mondiale peine à se redresser et que les catastrophes naturelles causées par le changement climatique s’intensifient, les conflits géopolitiques menacent la paix et la stabilité mondiales et ont un impact considérable sur le commerce international des denrées alimentaires et de l’énergie ainsi que sur la coopération au sein de la chaîne d’approvisionnement. Les avancées en matière de réduction de la pauvreté obtenues par les économies en développement au cours des dernières années ont été anéanties presque du jour au lendemain par les changements mondiaux spectaculaires, tandis que la nouvelle révolution technologique et la réforme de l’industrie numérique ont encore élargi le fossé du développement entre les pays. Face à tant de défis, le monde a tourné son attention vers Boao, une ville côtière de la province de Hainan en Chine. La conférence annuelle 2022 du Forum de Boao pour l’Asie, placée sous le thème « Le monde pendant le COVID-19 et au-delà : travailler ensemble au développement mondial et à un avenir partagé », a proposé au monde une « solution chinoise ».

La confiance et la solidarité sont essentielles 

Ces dernières années, le président chinois Xi Jinping a appelé, lors de diverses occasions internationales, tous les pays du monde à renforcer leur confiance et à observer la tendance générale de l’évolution historique, l’une des raisons essentielles étant que les divers courants de pensée désordonnés et même les contre-courants ont sérieusement perturbé l’esprit de paix, de développement et de coopération gagnant-gagnant.

« Les difficultés ne sauraient ébranler l’engagement et les épreuves ne sauraient affaiblir la résolution », a déclaré Xi Jinping dans son discours inaugural lors de la cérémonie d’ouverture de la conférence annuelle 2022 du Forum de Boao pour l’Asie (FBA), citant Wei Zheng, un célèbre ministre de la dynastie des Tang (618-907), pour mettre l’accent sur l’importance d’une confiance ferme à un moment critique de l’histoire.

Pour résoudre la crise et surmonter les difficultés, « la force la plus puissante réside dans la coopération et l’approche la plus efficace dans la solidarité ». À cette fin, la tâche essentielle consiste désormais à travailler ensemble pour protéger la vie et la santé de tous, favoriser la reprise économique, préserver la paix et la sécurité dans le monde et relever les défis de gouvernance mondiale.

Premièrement, en ce qui concerne la pandémie de COVID-19, bien que tous attendent avec impatience son épilogue et imaginent que le monde reviendra à son état d’origine et se lancera dans de nouveaux développements dans l’ère post-épidémique, la réalité est que la pandémie se maintient et que le développement et l’utilisation de vaccins et de médicaments n’ont pas encore été en mesure de suivre la vitesse de mutation et de propagation du virus. Il faudra donc encore consentir à des efforts ardus pour vaincre complètement la pandémie. Les pays devraient renforcer leur coopération et leur coordination, c’est pourquoi la Chine a contribué à rendre les vaccins accessibles et abordables dans les pays en développement et poursuivra la mise en œuvre des dons promis de 600 millions de doses aux pays africains et de 150 millions de doses aux pays de l’ASEAN.

Ensuite, la relance de l’économie mondiale. Dans son dernier rapport Perspectives de l’économie mondiale publié en avril 2022, le Fonds monétaire international a abaissé la valeur prévisionnelle du taux de croissance économique de 143 économies du monde en 2022. Cela annonce des perspectives sombres pour la croissance économique mondiale cette année. De plus, certains pays développés ont adopté des politiques de relance monétaire non conventionnelles en réponse à la pandémie, leur assouplissement quantitatif combiné aux risques géopolitiques a conduit à une inflation jamais vue depuis des décennies. Leurs politiques macroéconomiques produisant de graves effets de débordement négatifs, un grand nombre d’économies en développement sont confrontées à une énorme pression due à la flambée des prix des denrées alimentaires, de l’énergie et des produits de base, ainsi qu’aux dettes extérieures. Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies subit des revers dans la concrétisation de ses objectifs. Dans cette situation, la solution pour tous les pays est de rester engagés dans la construction d’une économie ouverte, d’utiliser la technologie pour donner du pouvoir à l’économie réelle afin de favoriser une nouvelle dynamique de développement, de renforcer la coopération dans la chaîne industrielle et la chaîne d’approvisionnement mondiales et d’accorder plus d’importance au bien-être du peuple.

En outre, la paix et la stabilité sont des conditions préalables pour promouvoir le développement économique et améliorer le bien-être des populations. Cependant, la mentalité de la guerre froide, l’hégémonisme et la confrontation sont encore considérés comme des « règles d’or » dans certains pays. En réponse à ces courants de pensée qui vont à l’encontre de la paix et de la stabilité mondiales, le président Xi Jinping a proposé, lors du forum, l’Initiative pour la Sécurité mondiale. Cette initiative, qui attire l’attention sur le fait que l’humanité est une communauté de sécurité indivisible, est conforme aux principes et aux concepts que la diplomatie chinoise a toujours défendus et revêt une importante signification pratique.

Enfin, en ce qui concerne la gouvernance mondiale, M. Xi a souligné que « la communauté internationale est devenue aujourd’hui un appareil sophistiqué et intégré. Ôter une pièce composante mettra en grande difficulté son fonctionnement, au détriment de la partie enlevée comme de celui qui l’enlève. » Une analogie aussi frappante reflète non seulement l’idée de communauté de destin pour l’humanité, mais fait également ressortir que certaines puissances occidentales poursuivent l’unilatéralisme et l’égoïsme extrême, et que le découplage, la rupture d’approvisionnement et la pression maximale, ainsi que le fait de monter de « petits cercles » et provoquer l’antagonisme et la confrontation par le clivage idéologique ne mèneront nulle part dans le monde d’aujourd’hui.

« Une meilleure Asie, un meilleur monde »

En tant que pays d’Asie, la Chine est naturellement plus préoccupée par la paix et le développement de ce continent, et s’est engagée depuis longtemps à en faire une ancre stabilisatrice de la paix, une force motrice de la croissance et un pionnier de la coopération internationale, afin que le « miracle asiatique » se poursuive. À cette fin, le président Xi Jinping a formulé lors du FBA trois propositions : défendre résolument la paix en Asie, promouvoir activement la coopération en Asie et favoriser ensemble l’unité en Asie.

En ce qui concerne la promotion de la coopération en Asie, il convient de mentionner le Partenariat régional économique global (RCEP), qui est entré en vigueur début 2022. Cet accord couvre une zone qui représente 30 % du total mondial en termes de population, de produit intérieur brut et de commerce. Selon l’accord, non seulement plus de 90% du commerce des marchandises entre les pays membres seront, à terme, exemptés de droits de douane, mais les règles d’origine cumulatives communes, les procédures douanières simplifiées, la facilitation des échanges et des règles commerciales cohérentes seront aussi élargis, renforçant ainsi l’intégration économique régionale et les chaînes d’approvisionnement au sein de la zone. Selon les données des douanes chinoises, le commerce de la Chine avec les quatorze autres pays membres a augmenté de 6,9 % en glissement annuel pour dépasser deux milliards de yuans au premier trimestre de 2022, représentant 30,4 % de la valeur totale du commerce extérieur du pays. Les exportations et les importations entre la Chine et de nombreux pays, dont la République de Corée et la Malaisie, ont enregistré une croissance à deux chiffres en glissement annuel. En outre, il existe de grands avantages industriels complémentaires entre les membres du RCEP, avec les avantages financiers, capitalistiques et technologiques du Japon, les avantages de la Chine et de la République de Corée dans l’industrie manufacturière moyen et haut de gamme, les industries numériques émergentes et la chaîne industrielle complète, les avantages en matière de main-d’œuvre en Asie du Sud-Est, ainsi que les avantages en matière de ressources en Océanie, qui peuvent rassembler les catégories manufacturières les plus complètes au monde, couvrant l’ensemble de la chaîne industrielle. Prenant le RCEP comme une opportunité, l’Asie formera un marché plus ouvert à l’avenir et franchira une nouvelle étape dans la promotion de la coopération gagnant-gagnant.

Quant à la favorisation de l’unité de l’Asie, M. Xi a insisté sur la nécessité de « trois remplacements » : remplacer le jeu à somme nulle par le dialogue et la coopération, la fermeture et l’exclusion par l’ouverture et l’inclusion, la recherche de la suprématie par les échanges et l’inspiration mutuelle. Ce sont les conditions nécessaires pour préserver l’ordre régional qui prend en compte les aspirations et les intérêts de toutes les parties. La Chine fera des efforts constants pour promouvoir la solidarité et la coopération asiatiques, et apportera plus d’opportunités à l’Asie et au monde grâce à son propre développement.

Face à l’évolution récente de l’économie chinoise, une partie de l’opinion publique internationale craint que les mesures de prévention et de contrôle de l’épidémie ne freinent sérieusement la croissance économique de la Chine cette année, et que des objectifs importants tels que la stabilisation de la croissance et la garantie de l’emploi ne soient difficiles à atteindre. À cet égard, M. Xi a souligné dans son discours que les fondamentaux de l’économie chinoise, marqués par une forte résilience, un grand potentiel, une large marge de manœuvre et une soutenabilité de long terme, ne changeront pas, ce qui permettra de donner une forte impulsion à la stabilité et à la reprise de l’économie mondiale et d’offrir des opportunités de marchés plus importantes aux pays du monde.

Le vice-premier ministre Han Zheng a également donné une réponse clé sur les questions liées à l’économie chinoise lors d’une rencontre avec des entrepreneurs chinois et étrangers au FBA. Il a déclaré que cette année, les politiques macroéconomiques se caractérisent par une plus grande intensité, un plus grand soutien à l’économie réelle et aux communautés de base. En réponse aux difficultés rencontrées récemment par les entreprises en raison de la prévention et du contrôle de l’épidémie dans diverses régions de la Chine, M. Han a réaffirmé que le pays continuera à adhérer à des mesures ciblées et scientifiques et à l’approche dynamique « zéro COVID », assurera la stabilité des chaînes industrielles et de l’approvisionnement énergétique, et fera des efforts pour minimiser l’impact économique du COVID-19. Il convient de noter qu’une série de politiques introduites successivement par la Chine ont commencé à avoir un effet positif en aidant les entreprises à atténuer leurs difficultés.

*ZHANG XUDONG est docteur au Département des relations internationales à l’Université Tsinghua.

Numéro 11 janvier-mars 2022
APN&CCPPC 2022
La laque incrustée d'or redevient chic
Le combat d'une membre de la CCPPC pour les personnes âgées handicapées
Le legs des JO d'été et d'hiver de Beijing
Liens