Société

Un festin digne de l'Olympe attend les délégations en 2022
By FAN BINBIN | Dialogue Chine-France | Updated: 2022-01-04 17:17:00

 

Les délégations du monde entier pourront goûter aux différentes saveurs proposées dans les cantines des villages olympiques.

 

Quelle cuisine pourra-t-on déguster aux Jeux olympiques d’hiver de Beijing ? Deux mois avant la cérémonie d’ouverture, un menu officiel a été proposé avec 678 plats spéciaux venus du monde entier que les délégations pourront apprécier.

 

Un processus strict sous l’égide du Comité d’organisation a dû être respecté pour l’élaboration du menu, impliquant aussi la participation d’entreprises de restauration et de diététiciens. Tous les mets proposés, allant du choix des ingrédients à la préparation, ont fait l’objet d’un examen collectif effectué par des spécialistes en sport, en nutrition et en restauration, avant d’être homologués par le Comité international olympique. Le restaurant du village olympique offrira douze buffets et environ 200 plats seront disponibles chaque jour, renouvelés au bout de huit jours pour que les athlètes aient davantage de choix.

 

Un miroir de la gastronomie mondiale

 

« Dans le restaurant du village olympique, chaque plat portera une étiquette sur laquelle seront inscrits en chinois, anglais et français le nom, les ingrédients et les allergènes éventuels. A cela s’ajoutera le nombre de calories par unité de poids et les éléments nutritifs. Une référence très utile pour les médecins des délégations venues de différents horizons culturels », a remarqué Xiu Yu, enseignant à l’Université de l’Union de Beijing, seul établissement d’enseignement supérieur étant intervenu dans l’élaboration du menu. Force est de constater que pour répondre aux exigences à l’égard des mets proposés, même des cordons bleus ont dû passer de multiples tests et suivre une formation intensive.

 

Abondance d’options ne nuit pas. Les athlètes pourront par exemple manger de l’omelette, un plat très simple et très rapide à réaliser, à laquelle seront ajoutés du jambon, du fromage ou de la tomate. Ou alors de la pizza avec neuf sortes de garnitures, notamment du salami, du poulet, et du fromage.

 

La préparation de ces 678 plats nécessitera plus de 400 ingrédients. Pour bien assurer l’approvisionnement, un système de distribution tridimensionnel sera mis en place, incluant les autorités centrales, les villes hôtes et les sites sportifs. Aux autorités centrales de faciliter la coordination pour le contrôle interrégional, l’importation des produits hors saison ou la sélection de certains ingrédients du sud de la Chine. La chaîne d’approvisionnement englobera l’élevage et la plantation, le stockage et le transport, la production et la transformation, la vente ainsi que la restauration.

 

Selon Yang Chen, chef cuisinier du village olympique de Yanqing, près d’une cinquantaine d’ingrédients ont été retirés du menu officiel, notamment le poivre, considéré comme un dopant. De surcroît, chaque repas sera accompagné de plats végétarien et halal, et un service casher sera disponible.
 
 

 

Les saveurs de la Chine

 

La proportion entre les plats de la cuisine chinoise et occidentale sera de 3:7, la même que celle des JO d’été de Beijing en 2008. Pour les services de restauration, les trois villages olympiques d’hiver de Beijing, Yanqing et Zhangjiakou seront unifiés en termes de normes de service, d’horaires et de contenu. Les restaurants seront ouvert 24/24 et devront renouveler au moment opportun les plats en fonction du nombre d’usagers afin que les mets puissent garder toute leur saveur, tout en veillant à ne rien gaspiller.

 

Ces Jeux coïncidant avec la Fête du Printemps, la liste des plats proposés a été adaptée pour inclure des spécialités locales appartenant aux quatre grandes écoles de la cuisine chinoise. On trouve par exemple la soupe de bœuf du lac de l’Ouest (province du Zhejiang), le poulet Kung Pao (un plat pimenté de la province du Sichuan), les boulettes aux Quatre bonheurs (province du Shandong) et les raviolis farcis aux crevettes (province du Guangdong).

 

Le canard laqué de Beijing est mondialement réputé et pendant les Jeux olympiques de Beijing en 2008, il était devenu l’un des plats les plus populaires, quelque 700 canards étant consommés quotidiennement. Lors de ces JO d’hiver, la volaille sera de retour comme promis, et figurera parmi beaucoup d’autres plats de style pékinois comme le mouton sauté aux ciboules blanches et le filet de porc à la sauce aigre-douce.

 

Les boulettes aux Quatre bonheurs contiennent de la farce de porc, de l’œuf et de la ciboule hachée. Elles symbolisent le bonheur, la prospérité, la longévité et la joie. Aussi sont-elles souvent proposées en fin de banquet, en particulier lors des mariages ou des anniversaires.

 

Les raviolis farcis aux crevettes ont été créés par une maison de thé de Guangzhou, chef-lieu du Guangdong (sud de la Chine), dans les années 1930. Contenant des crevettes d’eau douce fraîchement pêchées, ces raviolis étaient très appréciés des clients qui prenaient le thé le matin. Plus tard, leur consommation s’est popularisée à Guangzhou, avant que des cuisiniers célèbres ne s’en emparent pour en faire un plat raffiné.

 

Un bon repas ajoute de la chaleur à l’accueil. Beijing, la « ville des deux olympiades », montrera son sens de l’hospitalité en chatouillant les papilles gustatives des délégations du monde entier.

 

*FAN BINBIN est chroniqueuse.

 

Numéro 9 juillet-septembre 2021
La 4e Exposition internationale d'importation de Chine
La transition verte de la Chine attire des entreprises internationales
Un cinéma, une librairie
La beauté de la biodiversité chinoise
Liens