Société

Des liens forts entre Hong Kong et le continent pour une croissance commune
By MA LI | La Chine au présent | Updated: 2022-06-15 12:09:00

Ho Wing Fai assiste à la célébration du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois et du 24e anniversaire de la rétrocession de Hong Kong à la Chine, à Hong Kong, le 1er juillet 2021. 

Le 31 mai 2022, la famille de Ho Wing Fai, directeur général hongkongais des entreprises Artical Printing Factory Limited et Artistic Printing Factory Limited, est rentrée à Dongguan après 14 jours de quarantaine dans un hôtel à Shenzhen. Pour M. Ho, même si ce n’était pas très pratique en raison des mesures de la prévention et du contrôle de l’épidémie, toute la famille, y compris ses deux fils, apprécie de vivre dans la partie continentale de la Chine.

Retourner dans la ville de ses ancêtres 

Dans ses jeunes années, le grand-père de Ho Wing Fai s’est rendu à Hong Kong pour gagner sa vie, c’est pourquoi son père, Ho Wai Kuen, est né là-bas. Son grand-père et son père étaient tous deux patriotes, et ce dernier était même membre du Comité local de la Conférence consultative politique du peuple chinois de la province du Jilin et de la ville de Nanning au Guangxi, contribuant ainsi à l’interaction entre Hong Kong et la partie continentale de la Chine. Influencé par les générations précédentes, Ho Wing Fai a toujours gardé à l’esprit qu’ils sont tous chinois, même si lui est né à Hong Kong.

En 1988, Ho Wing Fai, âgé de 14 ans, est allé avec son père à Dongguan au Guangdong, ville d’où ses ancêtres sont originaires, pour visiter sa famille. C’était son premier retour sur le continent. « À cette époque, Hong Kong était déjà l’une des régions très développées de l’Asie. Alors qu’à Dongguan, il y avait des terres agricoles et des marécages partout, la vie encore pauvre de nos proches parents a laissé un goût amer à mon père », se souvient-il. Ce n’est que plus tard que M. Ho s’est aperçu que les bâtiments d’usine en construction en périphérie des champs et des marécages où il avait joué lors de ce séjour étaient un témoignage de la réforme et de l’ouverture de la Chine, qui a finalement conduit à la prospérité de Dongguan.

Lors de ce voyage, lui et son père ont pris le train de Guangzhou à Xi’an, pour se rendre ensuite à Beijing. « Nous sommes allés à la Grande Muraille, au Palais d’été et nous avons mangé du canard laqué de Pékin à Wangfujing (centre commercial au centre-ville de Beijing). Ce qui m’a le plus impressionné, c’est que mon père m’avait emmené assister à la cérémonie de lever du drapeau sur la place Tian’anmen. Je pouvais sentir qu’il était très ému, qu’il retenait ses larmes », raconte M. Ho.

En 1992, Ho Wai Kuen a transféré son imprimerie, qui fonctionnait depuis de nombreuses années à Hong Kong, dans le district de Gongming à Shenzhen. En 2006, comme l’entreprise ne cessait de croître, Ho Wing Fai, qui avait déjà pris les rênes de la société depuis plusieurs années, a fondé une nouvelle entreprise, Artistic Printing Factory Limited, dont l’usine a été construite à Dongguan. Avant l’épidémie de COVID-19, cette usine employait plus de 700 personnes. Au fil des ans, grâce à la réforme et à l’ouverture du pays, ainsi qu’aux politiques favorisant les entreprises hongkongaises, leur entreprise familiale a continué à prospérer. Depuis toujours, il respecte sa devise ancestrale, qui consiste à « rendre à sa ville natale ce qu’elle lui a donné ».

Ho Wing Fai (2e rang, 2e à g.) et sa famille à une soirée organisée par l’Association amicale des compatriotes de Hong Kong et de Macao à Nanning, le 28 mars 2019 

Bâtir une nouvelle carrière 

Lam Tsz Hin, président du groupe Lokhin, est un ami de M. Ho à Hong Kong. Il est aussi le fondateur et le président de l’Association amicale des compatriotes de Hong Kong et de Macao à Nanning, au Guangxi. En 2017, sur invitation du Département de Travail du Front uni de la région autonome Zhuang du Guangxi, M. Lam a participé à Nanning à une mission d’étude pour les hommes d’affaires de Hong Kong, de Macao et de Taiwan. « C’était la première fois que je venais ici, et j’ai été profondément attiré par les avantages uniques de cette région », confie-t-il. Âgé de 52 ans, M. Lam fait preuve d’une clairvoyance et d’une sensibilité extraordinaires lorsqu’il s’agit d’investir dans les affaires.

« La ville de Nanning possède le seul débouché maritime de l’ouest de la Chine. Reliée à l’Asie du Sud-Est par des voies terrestres et maritimes, elle est en train de devenir une position avancée pour la connexion de la partie continentale de la Chine avec l’ASEAN et le reste du monde », estime M. Lam. Selon lui, Nanning sera à l’avenir un lien important d’échanges économiques et commerciaux entre la Chine et l’ASEAN. En 2018, il s’est installé à Nanning avec un projet de fabrication intelligente dont l’investissement total est de 1,2 milliard de yuans. Il espère y construire un cluster d’industries de fabrication intelligente haut de gamme.

« Les semi-conducteurs électroniques que nous produisons sont principalement destinés aux pays d’Asie du Sud-Est tels que le Vietnam et l’Inde, et Nanning a l’avantage géographique d’exporter des marchandises vers ces régions. De plus, le gouvernement local a adopté de nombreuses politiques préférentielles pour les entreprises commerciales orientées vers l’ASEAN. J’ai donc jeté mon dévolu sur cette ville pour bâtir un autre projet », explique M. Lam. Il croit fermement que ce choix d’investissement peut créer de nouvelles valeurs pour l’entreprise.

Lam Tsz Hin en visite au Guangxi pour affaires 

Le 1er janvier 2022, le Partenariat économique régional global (RCEP) est entré en vigueur dans six pays membres de l’ASEAN – Brunei, le Cambodge, le Laos, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam – ainsi que dans quatre pays non membres de l’ASEAN – la Chine, le Japon, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. « La mise en œuvre du RCEP marque la fondation officielle de la zone de libre-échange avec la plus grande population, la plus grande échelle économique et commerciale et le plus grand potentiel de développement au monde. Cela augmentera le volume commercial entre le Vietnam et la Chine, et poussera en même temps l’interconnexion ferroviaire entre les deux pays en vue de favoriser des échanges économiques et commerciaux plus fréquents », avance M. Lam. Il estime qu’il s’agit d’une opportunité en or pour le Guangxi et les investisseurs. « Ce qui est sûr, c’est que grâce au Nouveau corridor terre-mer occidental (New Western Land-sea Corridor) et à l’initiative “la Ceinture et la Route”, le Guangxi peut relier les marchés des dix pays de l’ASEAN sur terre comme sur mer. »

Selon lui, outre le Guangdong qui se situe à côté de Hong Kong, la zone pilote de libre-échange du Guangxi, avec ses politiques d’investissement préférentielles et des ressources abondantes, peut aussi être la première étape pour les entreprises de Hong Kong en vue de « sortir » de ses frontières et d’ouvrir le marché de l’ASEAN. Dans le sillage de M. Lam, plusieurs entrepreneurs de Hong Kong sont déjà venus investir au Guangxi pour ne pas passer à côté d’un environnement si favorable pour les affaires.

 

La zone pilote de libre-échange de Chine à Nanning (Guangxi)  

Construire un avenir partagé 

Après sa quarantaine de 14 jours à Shenzhen, Ho Wing Fai a emmené sa femme et ses enfants dans la campagne de Dongguan pour rendre visite à la tante de son père, âgée de plus de 90 ans. « C’est important que nos deux fils comprennent où réside notre origine », indique-t-il. M. Ho se souvient encore de leur excitation lorsque lui et sa famille ont regardé à la télévision la cérémonie de rétrocession de Hong Kong à la Chine le 1er juillet 1997, il y a 25 ans. À l’avenir, M. Ho espère que ses deux fils viendront à l’intérieur du pays pour étudier à l’université (fin mai, son fils cadet a fêté ses 17 ans) : « J’espère qu’ils prendront le relais et seront eux aussi un pont entre les deux rives. »

Cet été, M. Ho compte emmener ses deux fils dans d’autres villes intérieures de sorte qu’ils puissent faire l’expérience de l’essor du continent. Et il n'entend pas s’arrêter là : « Si l’épidémie peut être efficacement contrôlée, à partir de l’année prochaine, j’organiserai régulièrement des voyages d’études pour les jeunes de Hong Kong à l’intérieur du pays, afin qu’ils puissent mieux connaître la société. » En tant que directeur de l’Association amicale des compatriotes Hong Kong et de Macao à Nanning et d’une section de l’Association des entreprises à investissement étranger de la ville de Dongguan, il espère que de plus en plus de jeunes Hongkongais s’intégreront dans la construction du pays et apporteront une sagesse et une force supplémentaires au développement de la mère patrie.

Selon M. Ho, la Grande Baie de Guangdong-Hong Kong-Macao sera une très belle fenêtre de la Chine sur le monde à l’avenir. Plus de trois ans après la publication du Schéma de développement de la région de la Grande Baie de Guangdong-Hong Kong-Macao, la Grande Baie continue à prendre de l’ampleur, offrant un large espace pour le développement des jeunes de Hong Kong et de Macao. Par exemple, la mise en œuvre du programme d’emploi et la création de bases pour l’innovation et l’entrepreneuriat, ainsi que la promotion du système de sécurité sociale attirent de plus en plus de jeunes Chinois. Selon les statistiques officielles de la province, Guangdong a bâti un système diversifié de centres d’innovation et d’incubation d’entreprises, avec un total de plus de 2 300 projets incubés et plus de 3 400 jeunes de Hong Kong et de Macao employés. Pour l’instant, plus de 85 100 résidents de Hong Kong et de Macao ont été inclus dans la gestion de l’enregistrement de l’emploi au Guangdong.

« Aujourd’hui, les jeunes Hongkongais et Macanais peuvent profiter de la sécurité sociale locale et du fonds collectif pour le logement et bénéficier de l’éligibilité pour l’achat de maisons et de politiques préférentielles pour la création d’entreprise. Ils peuvent aussi se présenter à des postes de fonctionnaires et d’institutions publiques », se réjouit M. Ho, convaincu que le développement en cours de la région de la Grande Baie amènera un sentiment tangible de réussite et de bonheur aux jeunes de Hong Kong et de Macao, qui finira par se transformer en un sentiment d’appartenance à la mère patrie.

Le 6 juin, l’Association amicale des compatriotes de Hong Kong et de Macao à Nanning a emménagé dans un nouvel immeuble de bureaux lumineux et spacieux dans cette même ville. M. Lam et M. Ho, amis depuis de nombreuses années, espèrent que l’association servira davantage de compatriotes de Hong Kong et de Macao, notamment les jeunes venus au Guangxi pour créer leur propre entreprise.

Numéro 11 janvier-mars 2022
APN&CCPPC 2022
Le cloisonné jingtailan, entre développement et innovation
La laque incrustée d'or redevient chic
Le legs des JO d'été et d'hiver de Beijing
Liens