Actualités

Comment la Chine suit-elle la voie d'un développement bas carbone à long terme ?
By HE JIANKUN | La Chine au présent | Updated: 2021-01-19 11:13:00

 

  La Chine cherche à atteindre son pic d’émissions de CO2 avant 2030 et s’efforce de parvenir à la neutralité carbone d’ici 2060. Ces efforts jouent un rôle important dans l’accélération de sa transition vers le bas carbone et la promotion de la gouvernance climatique mondiale.    

Les effets positifs de la transition vers le bas carbone     

  La décision stratégique prise par la Chine sur la neutralité carbone d’ici 2060 unit les objectifs de lutte contre le changement climatique et de modernisation du pays. La Chine prend en considération la lutte contre le changement climatique dans son travail de reprise économique. Cette action concrète est la preuve de son ambition d’atteindre l’objectif de maintenir l’augmentation de la température mondiale bien en dessous de 2°C et de mener des efforts pour limiter l’augmentation de la température à 1,5°C stipulé dans l’Accord de Paris et de son courage d’assumer ses responsabilités en tant que grand pays responsable.  

  Pour la Chine, la mesure la plus fondamentale pour améliorer la qualité de l’environnement et protéger l’écosystème consiste à réaliser la neutralité carbone, à créer un système de ressources énergétiques « zéro carbone » centré sur les sources d’énergies nouvelles et renouvelables, et à maintenir une très faible consommation d’énergie fossile (carbone, pétrole et gaz naturel). En outre, la neutralité carbone est une voie incontournable pour promouvoir le développement économique, réaliser la prospérité sociale et assurer le développement durable de la modernisation.  

  Dans le contexte de la lutte contre le changement climatique et de la transition du monde vers le bas carbone, les technologies clés, la capacité de développement et la structure industrielle bas carbone décident la modernisation d’un pays, représentant sa compétitivité essentielle en la matière. La Chine est un grand pays manufacturier, et la consommation d’énergie de ses secteurs industriels représente les deux tiers de sa consommation d’énergie totale. De ce fait, ce sont les principaux secteurs qui doivent réduire leurs émissions polluantes. À court terme, une transformation industrielle rapide et la réduction des émissions de CO2 gêneraient le développement de certaines industries, comme l’industrie chimique lourde à forte consommation d’énergie et fortement polluante, et la transition aurait un coût, par exemple des centrales à charbon seraient fermées avant la fin de leur durée de vie. Néanmoins, à long terme, la transition du charbon vers l’énergie renouvelable aide à créer de nouveaux pôles de croissance économique, à diminuer la pollution de l’environnement, à assurer la santé du peuple et à réaliser un développement durable du pays. Sur les plans énergétique et économique, la transition vers le bas carbone a, dans l’ensemble, plus d’effets positifs que de conséquences négatives.  

Atteindre les objectifs en deux étapes

  Lors de la Conférence centrale sur le travail économique, tenue en décembre dernier, la Chine a désigné le travail sur le pic d’émissions de CO2 et la neutralité carbone comme étant l’une de ses tâches importantes pour l’année 2021. En réalité, ces deux objectifs seront atteints en deux étapes.  

  La première étape sera d’atteindre le pic d’émissions de CO2 avant 2030. Actuellement, l’économie chinoise se développe rapidement dans les processus d’industrialisation et d’urbanisation, la demande énergétique continue donc d’augmenter. En conséquence, il faut améliorer efficacement la structure énergétique pour réaliser le premier objectif : fournir plus d’énergie non fossile pour répondre à la nouvelle demande énergétique et arrêter l’accroissement de la consommation d’énergie fossile. Cet objectif coïncide avec celui de la première étape de la modernisation de la Chine d’ici 2035, c’est-à-dire réaliser une modernisation préliminaire, améliorer l’environnement de manière radicale et construire fondamentalement une belle Chine.  

  La deuxième étape sera de s’efforcer de réaliser la neutralité carbone d’ici 2060. Pour atteindre cet objectif, il faut établir un système de ressources énergétiques « zéro carbone » centré sur les sources d’énergies nouvelles et renouvelables, maintenir une très faible consommation de charbon, de pétrole et de gaz naturel, et diminuer les émissions des polluants réguliers causées par la consommation d’énergie fossile, par exemple le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d’azote et les particules fines (PM 2,5). Bien que la Chine prenne beaucoup de mesures sur l’économie d’énergie, la diminution des émissions polluantes et le traitement de la pollution au cours de la consommation d’énergie fossile, le plus important est de diminuer en dernière analyse ce genre de consommation. La neutralité carbone assure le développement durable de la modernisation chinoise et concorde avec l’objectif chinois d’achever l’édification intégrale d’un grand pays socialiste moderne et d’une belle Chine d’ici 2050.

Créer une atmosphère bas carbone dans toute la société

  Le changement du concept et du mode de consommation des individus joue un rôle majeur dans l’atteinte du pic d’émissions de CO2. La consommation bas carbone conduit à la production bas carbone. Si toutes les personnes suivent une consommation bas carbone, par exemple se déplacer en transport public et à vélo, habiter un petit logement à économie d’énergie, développer des habitudes alimentaires faiblement carbonées et économiser les aliments, cela peut favoriser le développement de la production bas carbone et créer une atmosphère bas carbone dans toute la société. De plus, le concept de consommation bas carbone des individus contribue à ce que l’opinion publique fasse pression sur les industries fortement carbonées et encourage celles-ci à réaliser la transition vers le bas carbone. Par conséquent, toutes les personnes doivent s’en tenir à un mode de vie bas carbone.  

  Le développement bas carbone à long terme s’appuie sur le changement radical du mode de développement et l’innovation scientifique. La Chine a un long chemin à parcourir à ce sujet, par exemple quant à l’établissement d’un système industriel vert, circulaire et bas carbone, au développement de technologies révolutionnaires permettant l’élimination profonde du carbone et au développement du mécanisme du prix de carbone.  

        

  *HE JIANKUN est directeur adjoint du Comité national d’experts sur le changement climatique, directeur du conseil académique de l’Institut du changement climatique et du développement durable de l’Université Tsinghua. 

Numéro 6 décembre 2020
LA CHINE ET LES NATIONS UNIES
En Chine, je suis la coqueluche d'Internet
« Couloir vert » dans le désert
Les secrets de la réduction de la pauvreté en Chine
Liens