Actualités

COP15 : pourquoi Kunming ?
By DUAN YI et WANG DAN | Dialogue Chine-France | Updated: 2021-10-08 16:21:00

Inauguration de la rame « Civilisation écologique » sur la ligne 4 du métro de Kunming le 17 mai 2021, afin de promouvoir la COP15 à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique  

« La Chine organisera la 15e réunion de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique à Kunming (Yunnan) l’année prochaine. J’invite tout le monde à se réunir à Kunming pour discuter ensemble des solutions à la protection de la biodiversité mondiale », a indiqué le président chinois Xi Jinping, lors du Sommet de la biodiversité des Nations Unies, le 30 septembre 2020.  

Un modèle en matière de biodiversité  

« La COP15 se tiendra en Chine, ce qui signifie que la communauté internationale approuve les réussites chinoises dans la protection de la biodiversité. Kunming a été élue ville hôte de cette conférence, ce qui montre que la situation de la biodiversité, les conditions climatiques et la qualité de l’air du Yunnan ont été hautement appréciées par la communauté internationale », déclare Gao Zhengwen, directeur adjoint du Bureau du groupe dirigeant chargé du travail préparatoire de la COP15 du Yunnan et inspecteur de premier niveau du Bureau provincial de l’Écologie et de l’Environnement du Yunnan. 

La Convention sur la diversité biologique, qui consiste à protéger les ressources biologiques de la Terre, a été ouverte à la signature à Rio de Janeiro (Brésil) en juin 1992. Elle est entrée en vigueur le 29 décembre 1993. Actuellement, elle a été signée par 196 parties. Selon Gao Zhengwen, la Chine a été l’un des premiers pays à l’approuver et à la signer. « La Chine attache une grande importance à la protection de la biodiversité. Elle a créé le Comité national de la protection de la biodiversité de Chine dans le cadre du Conseil des affaires d’État pour gérer de façon coordonnée le travail national en la matière et nommé un vice- premier ministre directeur de ce comité. C’est vraiment rare dans la communauté internationale », ajoute-t-il.

En 2016, la Chine a posé sa candidature à l’organisation de la COP15 avec l’approbation du Conseil des affaires d’État. En décembre de la même année, lors la COP13, organisée à Cancún (Mexique), il a été annoncé que la Chine serait l’hôte de la COP15. La conférence aurait dû se tenir en 2020, mais elle a été reportée à cause du COVID-19. 

La COP15 fera un bilan du travail mondial sur la protection de la biodiversité au cours des dix dernières années, établira un cadre mondial de biodiversité post-2020 et fixera les objectifs mondiaux de biodiversité pour la période 2021-2030. La COP15 marquera un jalon important dans l’histoire de la Convention sur la diversité biologique. 

La communauté internationale suit de près les efforts de la Chine pour accueillir la COP15 et place un grand espoir en elle, souhaitant que cette conférence puisse être aussi réussie que la conférence sur le climat à Paris de 2015 (COP21). 

Fin 2018, le ministère de l’Écologie et de l’Environnement de Chine a étudié les candidatures de quatre villes pour la COP15, à savoir Beijing, Haikou, Kunming et Chengdu. Le 13 février 2019, lors d’une conférence du Comité national de la protection de la biodiversité de Chine, Kunming a été sélectionnée pour l’organisation de l’événement. 

Depuis lors, Cristiana Pașca Palmer, ancienne secrétaire exécutive du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies, et Elizabeth Maruma Mrema, secrétaire exécutive actuelle, se sont successivement rendues à Kunming à trois reprises pour inspecter le travail préparatoire de la COP15. Elles ont donné une haute appréciation sur la qualité de l’air et le climat de Kunming, ainsi que sur ses efforts dans l’assurance de l’emplacement, des infrastructures, de la logistique et de la sécurité de la conférence. 

 

 

Au marché aux fleurs de Dounan à Kunming, le 2 mars 2015     

Les avantages du Yunnan  

Le Yunnan est la seule « oasis de biodiversité » sur le tropique du Cancer. Il dénombre 313 espèces de mammifères, représentant 16,1 % de celles du monde ; 945 espèces d’oiseaux (15,2 %) ; 617 espèces de poissons d’eau douce (18,2 %) ; et 2 273 espèces de vertébrés (13,8 %). 

D’après Xia Feng, directeur du Département de protection de la nature et de l’écologie du Bureau provincial de l’Écologie et de l’Environnement du Yunnan, la province est riche en espèces biologiques et ces dernières années, de nouvelles espèces y sont apparues. À l’heure actuelle, 25 434 espèces de vertébrés, de végétaux supérieurs, de macrochampignons et de lichens ont été répertoriées dans le Yunnan. Ces espèces de vertébrés et de végétaux supérieurs représentent respectivement plus de la moitié de celles du pays. De plus, le Yunnan comprend de nombreuses espèces hautement protégées. 

La superficie de la province du Yunnan ne représente que 4,1 % de celle du territoire chinois, mais elle possède à la fois d’abondantes ressources en espèces, des ressources génétiques précieuses et des écosystèmes complexes et diversifiés. Selon la Liste des écosystèmes du Yunnan 2018, la province couvre presque tous les écosystèmes terrestres sur la Terre, par exemple les écosystèmes de tropique, de désert, de montagne et de glacier. 

Le Yunnan se situe dans la zone de transition entre la péninsule indochinoise et le plateau du Qinghai-Tibet. À l’est, il est limitrophe de la zone de mousson de la Chine de l’Est ; à l’ouest, il est adjacent de la zone tropicale du Myanmar du Nord et de l’Inde ; au nord, c’est le continent asiatique et au sud, il est près des océans Indien et Pacifique. De ce fait, les biotes de diverses régions biogéographiques se rassemblent ici. 

Les grands mouvements de plissement dans la zone de transition entre la péninsule indochinoise et le plateau du Qinghai-Tibet ont formé de plusieurs vallées nord-sud. Affecté par les courants d’air chauds et humides venus du golfe du Bengale, la mousson du sud-ouest, les vents d’ouest subpolaires et la grande différence d’altitude entre le nord et le sud, le Yunnan possède beaucoup de types de climats, ce qui a favorisé une riche biodiversité. 

« Le Yunnan est un trésor important de la biodiversité en Chine et une barrière de sécurité écologique du sud-ouest de la Chine », indique Yang Yuming, professeur à l’Académie des sciences des forêts et des prairies du Yunnan. « Le Yunnan joue un rôle irremplaçable dans la protection de l’environnement et la construction du système de sécurité écologique de la Chine. Il joue également un rôle important dans le maintien de la sécurité écologique des fleuves internationaux transfrontaliers. » 

Selon Duan Changqun, éminent professeur en écologie à l’Université du Yunnan, les écosystèmes forestiers et montagneux du Yunnan ont d’importantes fonctions régulatrices (régulation du climat, cycle des nutriments, etc.) et des fonctions de soutien (fixation du carbone, libération d’oxygène, maintien de la biodiversité, etc.) ; les ressources forestières du Yunnan constituent un important réservoir de carbone mondial, jouant un rôle important dans le stockage du carbone mondial, la réduction des gaz à effet de serre du monde (par exemple le CO2), le stockage de l’eau, la régulation du climat, la protection du système de soutien de la vie sur Terre, le maintien de la durabilité de la biosphère et le maintien des services écosystémiques.  

 

 

DUAN YI et WANG DAN • journalistes au Quotidien du Yunnan

 
Numéro 9 juillet-septembre 2021
Le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois
La revitalisation rurale ouvre un nouvel horizon de développement
Retour à Yan'an
La beauté de la biodiversité chinoise
Liens